logo

LE BLOG

La protection des données personnelles sur le web, un sujet délicat

31 juillet 2017 Blog, Lifestyle

Le data privacy est un concept dont la définition n’est pas nécessairement partagée par tout le monde. On comprend facilement le caractère privé de certaines informations comme nos codes bancaires, nos données médicales, notre adresse, notre orientation sexuelle etc. Cependant les données que l’on laisse en navigant sur le web ne tombent pas toujours sous le caractère du privé.

Les défis du data privacy sont de permettre l’utilisation de ces données tout en respectant les souhaits des utilisateurs au sujet de la protection de leurs données personnelles. La capacité de contrôler les informations que l’on révèle sur Internet, et qui peut y avoir accès, inquiète de plus en plus. Parmi ces préoccupations on retrouve :

–       Les e-mails peuvent-ils être stockés et lu par des tierces personnes sans l’accord de l’expéditeur ?

–       Une personne tierce peut-elle traquer les sites web que l’on a visité ?

–      Lesdits sites web peuvent-ils recueillir, stocker et possiblement partager des données personnelles de l’utilisateur ?
Il est clair que les données publiées représentent une double opportunité pour ceux qui les ont collectées : celle de les utiliser à des fins opérationnelles, mais aussi celle de générer un chiffre d’affaires additionnel en les vendant au plus offrant, ce que la loi permet à partir du moment où le consentement de l’utilisateur a été recueilli de manière active (autrement dit, dès lors que l’on accepte les conditions générales d’utilisation, vous savez, ce document de 20 pages en police 6 que personne ne lit avant d’accepter).

Que dit la loi ?

En avril 2016, le Parlement européen a adopté le Règlement Général sur la Protection des Données (dit RGPD), tandis qu’en France, la loi pour une République numérique a été promulguée en octobre.

Le RGPD vient aussi limiter les recours au profilage automatique des données et ne pourra pas porter sur des données sensibles (telles que l’orientation sexuelle, l’origine ethnique, des opinions politiques ou des données de santé…). Le profilage automatique sera par ailleurs autorisé uniquement si la personne concernée a donné son consentement, si cela est permis par la loi et nécessaire à la conclusion d’un contrat. En outre, le RGPD instaure un droit à l’oubli, qui permettra aux personnes qui le souhaitent de requérir l’effacement de leurs données à moins qu’il existe des raisons légitimes de les conserver.

à lire aussi

Comment faire rimer farniente avec culture ?

2 août 2017

Pour certains, vacances signifient transat, plage et bronzette un cocktail…

Lire la suite

La transformation numérique au service d’une nouvelle dynamique économique

7 juillet 2017

Nous vivons une époque où les innovations technologiques se multiplient….

Lire la suite